Pully Football - l'interviews du club...
11.03.14 - 5 question Alain Cordey
Prsident central du club

Notice: Undefined index: COMPTEUR in /var/www/vhosts/root/Modules/interviews_det.php on line 26

Notice: Undefined variable: idn in /var/www/vhosts/root/Modules/interviews_det.php on line 27
Vu 1 fois

Pully-Football (PF) : Alain, tu es actuellement le président du Pully-Football. Comment es-tu arrivé à ce poste ?

Alain Cordey (AC) : J'ai joué étant jeune au Stade-Lausanne. En 1979, j'ai eu un différend avec mon club. Je suis parti sur un coup de tête à Pully. Il y a plusieurs raisons du choix de ma nouvelle destination. Mon épouse habitait aux abords du terrain. Sans elle je n'aurais pu m'investir autant dans ma passion. Je vois le terrain depuis mon balcon ! De plus, il y a eu l'inauguration du nouveau Centre Sportif de La Rochettaz, ce qui tendait à prouver les nouvelles ambitions du club. D'abord j'ai été joueur, ensuite entraîneur de la 2. Les anciens du club se souviennent encore de moi et doivent avoir encore des courbatures! Il est vrai que j'étais un peu fou avec eux (il rigole). Ensuite j'ai aidé à la création de notre école de foot en 1982. J'en suis même devenu responsable pendant un moment .Tout naturellement, j'ai fini par devenir président une première fois avant de passer le flambeau à mon ami Philippe (Favre). En 2011, j'ai fini par craquer à nouveau et prendre la responsabilité de redevenir président. Mais ma passion première c'est toujours d'entrainer.


PF : Lors de l'année 1934, l'Italie gagnait sa première Coupe du Monde devant son public. En même temps, dans la banlieue Lausannoise, Pully-Football voyait le jour. Si mes calculs sont bons le club va fêter ses 80 ans. Y-a-t-il des festivités prévues ?

AC : Il sera difficile d'arriver à organiser quelque chose de plus grand à cause de la Coupe du Monde. On va par contre étoffer les manifestations. Au parrainage, on va inviter les sponsors ainsi que les autorités communales. Lors de notre traditionnel tournoi international, nous avons invité Evian-Thonon-Gaillard. Il y aura bien sûr Obernai, notre commune partenaire, ainsi qu'une sélection de joueurs du Kosovo et nos amis autrichiens du SC Altach. Le repas de soutien sera aussi plus conséquent. Il ne faut pas s'inquiéter, nous allons organiser un événement mais l'année prochaine ou dans deux ans.


PF : Le club tourne bien, qu'est ce qui pourrait manquer pour le rendre parfait ?

AC : J'aimerais que les joueurs en général s'investissent plus dans la vie communautaire. Les jeunes devraient être encore plus motivés, qu'ils soient plus présents aux différentes manifestations organisées par le club. Nous n'avons, malheureusement, pas toujours des jeunes comme Yannick (Favre), Karim (Bouberguig), Antony (Russo) ou Jimmy (Cavin) qui sont très motivés et s'investissent à fond dans le club, tant au niveau football que pour les juniors ou l'école de foot.


PF : Alain, si tu étais président de Super League, tu serais plutôt Alain Joseph ou Christian Constantin ? Je ne te laisse le choix qu'entre les deux présidents des équipes romandes.

AC : J'aimerais un joker. Mais puisque je dois répondre, je dirais, vu mon caractère, plutôt Constantin. Il sait dire la vérité, il est direct. Au niveau administratif, de la gestion de « son » FC Sion ou des idées il est excellent. De plus « CC » voit clair au niveau footballistique suisse. Par contre, je ne suis pas du tout d'accord avec sa gestion des entraîneurs et le fait qu'il intervienne dans le vestiaire. Je fais entièrement confiance à mes entraîneurs, et de ce côté là je serais plutôt Alain Joseph, plus réfléchi. Mais je crois que je suis comme je suis…Moins connu... Mais très présent !


PF : Quels sont les objectifs du club pour ces prochaines années ? Pully-Football, futur club de Challenge League ?

AC : J'aimerais pouvoir trouver un successeur afin d'amener des idées nouvelles. Je commence à rouiller un peu (rires). Comme cela, je pourrais regarder le foot plus tranquillement. Je sais aussi que la commune va investir d'avantage pour le Pully-Football ces prochaines années, cela nous permettra de voir l'avenir avec sérénité et d'augmenter éventuellement le nombre d'enfants. Pour la Challenge League, c'est un rêve inaccessible pour le moment. Nos infrastructures sont insuffisantes. Notre objectif est déjà de participer aux finales avec la Une afin d'espérer une promotion à l'échelon supérieur. Nos installations sont homologuées pour la 2ème ligue inter.

Propos recueillis par Jeremy Damon

Retour